Fahd nous parle de la transformation digitale des fonctions financières

Directeur de Projets – Fahd GHALLOUSSI

Le Finclub a rencontré Fahd GHALLOUSSI, Directeur de projets chez Accenture, pour parler “transformation digitale des fonctions financières”.

Fahd est en charge des offres EPM (Enterprise Performance Management) dédiées à la transformation des Directions financières sur les sujets de reporting et de planification budgétaire. Il accompagne ses clients des secteurs Products dans leur transformation digitale.

La division Products inclut les entreprises industrielles et des équipements industriels, de l’automobile, de la distribution, des biens de la consommation, des Sciences de la vie et du tourisme. Voici ses réponses à vos questions !

“ Transformation digitale”, l’expression est sur toutes les lèvres, mais concrètement, de quoi parlons-nous ?

La transformation digitale est une réinvention des business modèles, des organisations et des processus grâce aux nouveaux leviers technologiques. Chez Accenture, nous parlons de la trajectoire vers le NEW. À ce titre, la transformation digitale vise à rendre les organisations de plus en plus agiles, intelligentes et connectées.

C’est un voyage vers des modèles-cibles propulsés par des leviers technologiques disruptifs et différenciants  afin de créer de la valeur pour les entreprises, les clients, les employés et toutes les parties prenantes, tout en considérant les attentes sociétales.

Dans un monde en perpétuelle mutation, le modèle-cible doit être défini en prenant en considération la notion de réinvention. Il faut donc savoir inculquer la culture du changement continu induit par la notion de transformation.

Dans notre étude Vision Technologique 2019, Accenture a mis en avant 4 leviers technologiques capables de révolutionner dans les 5 ans à venir les entreprises et, plus globalement, le monde tel que nous le connaissons. Ils se regroupent dans l’abréviation DARQ : Distributed Ledger (la technologie derrière la blockchain ), Artificial Intelligence (intelligence artificielle), Extended Reality (la réalité virtuelle et augmentée) et le Quantum Computing.

Enfin, la transformation digitale implique l’ensemble des organes et des fonctions au sein des entreprises : la production et la vente de biens services, et celles dites de support (Finance, Ressources humaines, Marketing…). Elle n’est pas circonscrite autour d’un seul service ou d’une seule fonction et surtout elle n’est pas la seule responsabilité des directions des systèmes d’information (DSI), IT ou Digitale. Elle est l’affaire de tous les décideurs.

Comment les fonctions financières sont-elles impactées par la vague digitale ?

Le secteur financier est entré depuis plusieurs années dans la nouvelle ère marquée par le très médiatique boom des Fintechs qui révolutionne le secteur des services financiers. Ces Fintechs ont bien bénéficié au passage aux fonctions financières des entreprises de ce secteur.  

En revanche, les fonctions financières des entreprises des autres secteurs ont pris plus de temps dans leur adoption du virage de la digitalisation dans un monde en pleine mutation.

Celle-ci est marquée principalement par la robotisation et l’automatisation. Les tâches répétitives à faible valeur ajoutée sont déléguées à la machine, et les praticiens de la Finance se recentrent de plus en plus sur les tâches à plus forte valeur ajoutée. Assistés de solutions automatisées de plus en plus accessibles en termes de coût, ces financiers d’aujourd’hui deviennent de plus en plus de vrais travailleurs augmentés.

Néanmoins, il ne faut pas forcément imaginer la disparition de certaines tâches au sein des fonctions financières, mais un changement radical de leur quotidien en raison du recours croissant au levier technologique. Les processus et les tâches sont et seront redesignés pour prendre en considération la collaboration Homme – Machine. La transformation n’en est qu’à ses débuts.

C’est le cas par exemple des directions comptables et financières de nos clients que nous aidons à mettre en place des centres de services partagés employant des robots sous la supervision d’agents comptables.

Plusieurs projets ont été menés en ce sens avec la mise en place de la RPA (Robotic Process Automation) automatisant et robotisant de larges processus de vérification et de comptabilisation de factures pour nos clients.

Quelles compétences sont-elles les plus valorisées dans un contexte de transformation digitale ?

Les praticiens des fonctions financières (en possession de connaissances du métier de la finance) doivent consolider trois compétences.

1-    Les compétences fonctionnelles ou métier. Elles correspondent au savoir-faire du praticien financier dans son domaine d’expertise. Son métier connaissant une mutation, celui-ci devrait se recentrer vers l’amélioration de l’impact de ses tâches à forte valeur ajoutée dans la perspective d’une meilleure connexion avec le business de l’entreprise et les clients finaux.

2-    Les compétences en solutions digitales. Elles nécessiteront des formations de mise à niveau pour permettre l’usage optimisé des outils digitaux. C’est une étape fondamentale dans le cadre des projets de transformation digitale que nous menons.

Ce type de projets est réalisé sous un mode de plus en agile en ayant recours aux meilleures avancées en matière de conduite de projet. Les compétences méthodologiques de conduite de projet, mais aussi l’acculturation au monde de l’agilité dans ses lettres de noblesse (cadre méthodologique) seront de plus en plus requises.

3-    Les compétences organisationnelles et collaboratives. Elles impliquent l’application de nouveaux modes de travail qui associent et continueront à associer l’humain et les robots.

Les cas d’usage de la RPA sont en perpétuelle évolution grâce à l’avancement des Technologies associées et à l’avancée concomitante en termes d’ingénierie des processus permettant de définir de plus en plus de cas d’usage.

Dans le cadre de l’évolution des tâches robotisées, le praticien financier doit apprendre à collaborer avec l’expert en technologie (en possession de connaissances techniques), et inversement. Si les profils techniques et métiers ont toujours besoin de connaissances profondes dans leurs domaines respectifs, ils doivent aussi et surtout parvenir à se comprendre et à travailler ensemble. Au-delà des hard skills, les soft skills sont donc elles aussi nécessaires pour performer dans un environnement digital et agile.

Les compétences en termes de modélisation des processus et l’analyse des flux de données sont et seront de plus en plus demandées (des compétences d’ingénierie de processus et de Data Scientists ou Data modeler entre autres). Celles-ci peuvent être sous la responsabilité des directions financières qui se dotent de plus en plus de départements dédiés à la mise en place de projets de transformation. Et bien entendu les experts dans les technologies comme la RPA et l’IA continueront à être recherchés par les DSI.

La gestion des talents demeure donc un enjeu majeur des années à venir notamment pour les directions financières. Preuve de son importance, elle apparait sur le podium du classement des priorités des directions financières.

Enfin, la création de valeur par les directions financières se fait désormais par la maitrise de la Donnée ou de la  » Data  » grâce aux solutions digitales et à une gestion efficiente des talents. Il s’agit d’un passage ou d’un mouvement vers des fonctions financières plus agiles et plus impactantes. C’est justement le principe de la notion de Digital Finance qui bascule dans l’ère du Post Digital afin de s’inscrire dans une démarche continue de recherche d’avantages concurrentiels.