Investir dans les matières premières

Matière première : blé
  • Blog
  • Bourse
  • Investir dans les matières premières

L’investissement en matières premières paraît souvent difficile d’accès et peut créer des réticences chez les moins avertis. Moins structuré que les marchés réglementés d’actions et d’obligations, l’information n’est pas toujours aisée à obtenir. En plus, les événements géopolitiques rendent difficilement prévisibles ces actifs.

Et pourtant : les matières premières, aussi nombreuses soient-elles, représentent d’importants produits de diversification du portefeuille ! Voici de quoi déceler les meilleures opportunités de ce type d’investissement.

Avertissement

Les informations fournies sont uniquement à but éducatif. Finclub ne propose pas de conseil en investissement ni de services de courtage. Nous ne recommandons pas d’acheter ni de vendre un actif ou produit d’investissement particulier.

Les différents marchés de matières premières 

La notion de matières premières est large et désigne des produits de base standardisés, des commodités qui entrent dans des processus de production ou se stockent, comme le montre l’exemple des métaux précieux et plus spécifiquement l’or.

L’investisseur doit donc démarrer en choisissant les matières premières avec lesquelles il a le plus d’appétence et dont il souhaite développer sa compréhension :

  • énergie (pétrole, gaz, électricité) ;
  • métaux précieux (argent, palladium, platine, or) ;
  • métaux industriels (fer, le cuivre ou le zinc, l’aluminium, le nickel, le cobalt, plomb) ;
  • matières premières agricoles (blé, maïs, coton, sucre, lait, jus d’orange, café ou encore le cacao).

Pourquoi investir sur ces marchés ?

Plusieurs raisons peuvent pousser l’investisseur à s’aventurer sur les matières premières :

  • Ces marchés offrent la possibilité de diversifier votre portefeuille, la corrélation avec les marchés d’actions et d’obligations étant souvent faible. Elles permettent ainsi de réduire le risque.
  • Ces marchés peuvent s’avérer volatiles et offrir des rendements intéressants, ce qui signifie évidemment que les pertes peuvent être toutes aussi importantes.
  • Les matières premières représentent un outil de protection contre l’inflation : lorsque les prix augmentent, les prix des matières premières augmentent. Souvent, l’inflation provient même de la hausse des prix des matières premières. Ainsi, l’investisseur réalise des gains lorsque les prix des biens et services augmentent.
Attention

Il reste important de garder en tête que tout marché comporte des risques !

Les matières premières présentent donc plusieurs avantages, comme un certain nombre de risques. Il est donc essentiel de vous informer sur les marchés ciblés et de suivre rigoureusement l’actualité économique et géopolitique.

Ainsi, vous subirez moins d’importants mouvements de marché en votre défaveur. Il est également important pour un investisseur de déterminer le support d’investissement souhaité.

Comment investir sur les matières premières ? 

Les modes d’investissement indirects 

Plusieurs choix s’offrent à l’investisseur pour placer ses pions sur les marchés de matières premières.

Si vous ne souhaitez pas suivre rigoureusement l’évolution d’un marché spécifique, vous pouvez vous tourner vers les Exchange Traded Funds (ETF) ou encore les actions de sociétés qui exploitent les matières premières. 

Les ETF permettent d’acheter des parts de fonds composés de contrats à terme ou d’actifs physiques de matières premières. Les sous-jacents des ETF sont donc matériels ou immatériels. Ces actifs permettent ainsi à l’investisseur de se positionner sur des paniers de matières premières, comme sur l’énergie par exemple. 

Il peut également s’agir d’ETF d’actions du secteur des matières premières. Ceux-ci permettent ainsi d’investir sur les entreprises exploitant ces produits de base. Elles intègrent ainsi une notion de création de valeur et ouvrent potentiellement droit à l’obtention de dividendes, selon la politique de l’entreprise.

Ici, l’évolution du prix des matières premières n’impacte pas directement la performance de l’investisseur mais indirectement, en faisant évoluer le cours de l’entreprise. Si ce dernier peut également prendre la décision d’investir directement sur les actions concernées, il est toutefois essentiel de songer aux frais d’achat et de vente que ce type de détention engendre.

Les modes d’investissement directs

Il est également possible de se placer sur les matières premières de manière plus directe, par le biais d’options. Ces dérivés ont initialement pour vocation de protéger les entreprises exploitantes contre les variations de prix des matières premières.

Tout investisseur peut toutefois tenter d’en tirer avantage, ces produits offrant le droit d’acheter ou de vendre un actif à une date prédéterminée et à un prix déterminé. 

Il existe deux grands types d’options : 

  • Le Call (option d’achat) : cette option donne à l’acheteur le droit d’acheter la matière première à un prix fixe avant ou à la date déterminée. L’investisseur achètera donc ce type d’option s’il anticipe une hausse du prix des matières premières.
  • Le Put (option de vente) : celle-ci donne à l’acheteur de l’option, le droit de vendre la matière première concernée à un prix fixé avant ou lors de la date déterminée. Ici, l’anticipation de l’investisseur est que le prix de la matière première baissera. 

Il est également possible de se tourner vers des instruments à effet de levier. Ceux-ci présentent un risque bien plus important dans la mesure où les gains et les pertes potentiels sont multipliés par l’effet de levier choisi.

  1. Les contrats à terme (futures), par exemple, sont semblables aux options mais représentent une obligation d’achat ou de vente de matières premières. Ces actifs sont donc davantage adaptés aux entreprises averties. 
  1. Les contrats pour différence (CFD) permettent également cela, avec effet de levier, et sont accessibles aux investisseurs particuliers. Il est toutefois important de les utiliser avec précaution, en s’informant et en sélectionnant son effet de levier en s’assurant que les sommes risquées sont à la portée de l’investisseur. 
  1. Enfin, pour certains actifs comme les métaux précieux, le moyen de détention le plus direct est d’investir directement dans les actifs physiques. Bien entendu, cela comporte certains risques de vol lorsque l’investisseur détient de l’or, du platine ou encore de l’argent physiquement.

A noter

Cette dernière option nécessite des capacités de stockage, chez soi ou en banque, engendrant ainsi certains coûts. Les actifs vendus physiquement comportent également des frais relativement importants. Ils peuvent toutefois représenter une forme d’épargne physique disponible en temps difficiles, comme pendant une crise économique.

Souvent, les investisseurs les plus pessimistes se tournent vers l’or. Certaines entreprises proposent également de prendre en charge le stockage des métaux précieux achetés chez eux.

Intégrer la technicité de ces actifs et l’ESG à sa stratégie d’investissement

L’investisseur doit donc prendre en compte un certain nombre de facteurs dans son approche des marchés de matières premières. Ce sont des marchés techniques : chaque type de matière première a ses propres caractéristiques et réagit différemment aux événements géopolitiques.

Le prix de l’or ne réagit pas comme celui du blé, qui ne réagit pas non plus comme celui du pétrole. Il est donc essentiel que l’investisseur sélectionne les marchés qui l’intéressent et qu’il enrichisse ses connaissances de celui-ci afin de ne pas être pris au dépourvu. 

Les enjeux environnementaux et réglementaires doivent également être pris en compte, ainsi que la disponibilité des ressources. Le pétrole ou le charbon sont des ressources naturelles fortement exploitées ; toutefois, les instances internationales cherchent des débouchés afin de remplacer ces ressources énergétiques émettrices de CO2.

Exemple

Le développement massif des voitures électriques pourrait faire diminuer la demande de pétrole dans les années à venir.

Conclusion

L’investisseur doit donc rester méthodique dans son approche, s’informer et choisir minutieusement l’une des options ci-dessus. Vous pouvez, en cas de besoin, vous faire accompagner par un conseiller financier. Il saura vous orienter plus précisément encore. Vous devrez également développer votre compréhension des marchés investis afin d’être en mesure de prendre des décisions éclairées, aux moments opportuns. 

Malgré cela, le marché des matières premières représente un outil intéressant de diversification de portefeuille. En considérant ses risques et ses opportunités, l’investisseur peut tenter d’y trouver d’intéressantes occasions d’améliorer la rentabilité de son portefeuille.

author

Maxime Parra

Rédacteur-en-chef du Finclub, Maxime est diplômé du Master Grande École de SKEMA Business School et d’un Master en Analyse financière internationale de la Faculté de finance, banque et comptabilité de Lille.

Des articles pour aller plus loin

formation bourse

Les 7 Meilleures Formations en Bourse de 2024

Investir sans se former, c’est possible. Avec un peu de chance, vous pourrez même générer quelques gains ! Alors pourquoi.

12 février 2024
Courtier en bourse avec un investisseur

Courtiers en Bourse : notre sélection 2024

Le constat de l’Autorité des marchés financiers (AMF) est sans appel : entre 75 et 89% des investisseurs en bourse.

12 février 2024
meilleurs sites bourse

Top 18 des meilleurs sites pour investir en bourse

La plupart des investisseurs achètent des actifs boursiers et font du Trading par l’intermédiaire d’un courtier en ligne. Pour vous.

12 février 2024