PER ou Assurance-vie : quel placement choisir pour sa retraite ?

PER ou assurance-vie
  • Blog
  • Épargne
  • PER ou Assurance-vie : quel placement choisir pour sa retraite ?

Avec les réformes des retraites qui se succèdent, les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir anticiper « l’après-vie professionnelle ». Vous souhaitez, vous aussi, préparer au mieux votre retraite ? Vous avez peut-être pensé au plan d’épargne retraite individuel et à l’assurance-vie. Ces deux placements vous assurent un complément de revenu lorsque sonnera l’heure de la pension. Mais alors, quel contrat choisir ? PER ou assurance-vie ? Faisons le point !

Avertissement

Les informations fournies sont uniquement à but éducatif. Finclub ne propose pas de conseil en investissement ni de services de courtage. Nous ne recommandons pas d’acheter ni de vendre un actif ou produit d’investissement particulier.

Les points communs entre ces deux contrats d’épargne

Tout d’abord, sachez qu’il n’est jamais trop tôt pour commencer à préparer sa retraite ! Le fait d’adhérer à l’un ou l’autre de ces contrats relativement jeune vous permettra d’aborder la fin de votre carrière professionnelle plus sereinement. Cela étant dit, il est important de comprendre les caractéristiques de ces deux enveloppes fiscales. Pour vous aider à faire votre choix, Finclub vous propose un comparatif ! Revenons ensemble sur les similarités entre PER et assurance-vie.

Les conditions d’ouverture

Toute personne physique peut prétendre à l’ouverture d’un PER ou d’une assurance-vie. Ainsi, que vous soyez salarié, indépendant, chef d’entreprise, sans-emploi ou même déjà retraité, vous pouvez souscrire aux deux contrats. Et ce, sans condition d’âge 

Peu importe également si votre situation professionnelle évolue. Cela ne changera rien à votre contrat. Sachez que vous pouvez aussi ouvrir ce type de produit d’épargne au profit de quelqu’un d’autre. Par exemple, un parent pour son enfant mineur.

La flexibilité des versements

Voilà un autre avantage commun aux deux solutions : la flexibilité. Tant en termes de montant que de fréquence. Si l’idéal est d’alimenter votre épargne assez régulièrement, il est néanmoins possible d’effectuer des versements ponctuels. Pratique dans le cas d’une rentrée d’argent soudaine (prime, héritage, donation, etc.) ! Libre à vous de verser alors partiellement ou entièrement cette somme sur votre PER ou votre assurance-vie.

La diversité des supports d’investissement

Le PER et l’assurance-vie permettent d’investir et de diversifier son épargne entre un fonds euro et des unités de compte (UC). Qu’èsaquo ? Celles-ci désignent l’ensemble des supports tels que les fonds d’investissement, les ETF, les produits structurés, les fonds immobiliers de type SCPI ou encore les titres vifs (actions).

Si le fonds euros sécurise votre épargne, les UC présentent, quant à elles, un risque de perte en capital ! Mais des investissements avisés s’avèrent généralement rentables à moyen et long terme… Tout dépend de votre appétence au risque et de votre horizon de placement.

Bon à savoir

Seul le PER assurance offre la possibilité d’investir dans un fonds euros. Le PER bancaire fonctionne comme un compte-titres avec une gamme de supports avec un risque de perte en capital.

Le profil de risque ou « profil investisseur »

Votre profil investisseur conditionne votre niveau de prise de risques et le rendement potentiel de ces deux produits d’épargne. Bien souvent, les placements les plus volatils offrent un meilleur rendement, mais leur extrême variabilité peut aussi vous faire perdre une partie de votre argent.  

C’est pourquoi, il est essentiel de tenir compte de votre profil de risque et de vos objectifs au moment de souscrire un PER ou une assurance-vie.

On distingue trois catégories :

  1. Le profil dynamique : la performance étant votre priorité, vous misez sur des placements assez risqués, quitte à perdre en capital dans un premier temps, pour espérer voir votre épargne fructifier fortement par la suite. Le fonds euros vous intéresse peu.
  1. Le profil équilibré : vous optez pour un juste équilibre entre sécurité et rentabilité en visant le meilleur rendement possible via une prise de risque modérée.
  1. Le profil prudent : vous préférez choisir des investissements sûrs peu risqués, quitte à être moins rentables.

Le mode de gestion

Les modes de gestion proposés par le PER assurance ou de l’assurance-vie sont assez proches également.

Vous avez le choix entre deux solutions :

  1. La gestion libre : vous gérez vous-même votre épargne en sélectionnant vos supports et en réalisant les arbitrages que vous jugez opportuns. Dans ce cas, il est conseillé de bien s’informer et de définir ses objectifs et sa stratégie d’investissement.
  1. La gestion pilotée : vous préférez confier la gestion de votre épargne à un expert qui se charge de placer votre argent en fonction de votre profil de risque et de votre horizon de placement. Elle est particulièrement intéressante si vous ne bénéficiez pas du temps et des connaissances suffisantes pour gérer votre portefeuille.
À noter

Les frais d’un PER assurance et d’une assurance sont similaires puisqu’ils ont les mêmes modes de gestion et de fonctionnement.

Les modalités de sortie du placement

PER ou assurance-vie, dans les deux cas vous pourrez choisir de récupérer votre épargne sous forme de rente viagère ou de capital.

  • Avec la rente, vous toucherez chaque mois ou trimestre une somme définie par le gestionnaire du contrat. Ainsi vous pouvez percevoir un complément de revenus régulier.
  • Avec la sortie en capital, vous retirez toute votre épargne d’un seul coup ou bien de manière fractionnée selon vos besoins et vos préférences. Idéal pour financer un projet !

Vous pouvez aussi opter pour une solution sur mesure, en combinant les deux possibilités selon le montant de votre épargne. Vous toucherez ainsi un capital immédiat tout en conservant un complément de revenus mensuel ou trimestriel en parallèle.

Les principales différences entre PER et assurance-vie

Maintenant que nous avons fait le point sur les similarités entre les deux solutions, découvrons les différences majeures à prendre en compte.

La disponibilité de l’épargne : une différence essentielle

Avec une assurance-vie, votre épargne est accessible à tout moment. Il n’existe aucune contrainte en termes de durée de détention du contrat. Finalement, libre à vous d’attendre votre retraite pour récupérer votre capital… ou pas ! 

Avec le PER, c’est différent. Comme son nom l’indique, il est réservé au moment du départ légal ou effectif à la retraite. Ce qui veut dire que l’on n’est pas censé retirer son argent avant.

Il existe néanmoins des cas de force majeure, des situations où l’on peut envisager un déblocage anticipé 

  • accident de la vie (décès du conjoint ou invalidité) ;
  • surendettement ;
  • liquidation judiciaire ;
  • expiration des droits au chômage ;
  • ou encore acquisition d’une résidence principale.

Bon à savoir

Le PER n’est pas la seule alternative à l’assurance vie. Découvrez notre comparatif entre assurance vie et PEA pour élargir votre champ des possibles !

L’objectif fixé : un paramètre à prendre en compte

Avec un PER, l’épargne est investie à long terme puisqu’elle n’est disponible avant la pension que sous certaines conditions. C’est la solution idéale pour ceux qui souhaitent uniquement pallier la perte de revenus qui va généralement de pair avec le départ en retraite. Grâce à son PER, l’adhérent va pouvoir bénéficier d’un revenu régulier complémentaire.

Avec l’assurance-vie, on prépare son avenir à moyen ou long terme en se constituant un capital que l’on fait fructifier avec le temps. Étant disponible à tout moment, ce dernier peut finalement servir à la réalisation de toutes sortes de projets comme :

  • financer les études de ses enfants ;
  • économiser pour réaliser des travaux ;
  • investir dans le locatif ;
  • préparer sa succession, etc.
Bon à savoir

On ne vous demandera pas nécessairement d’avoir un objectif précis en tête au moment de souscrire une assurance-vie. Les conditions de sortie de ce contrat étant très souples, il peut aussi constituer une sécurité financière en cas d’imprévu !

L’avantage fiscal : le match PER contre assurance-vie

Pendant la vie de contrat : avantage au PER

De nombreux épargnants vont préférer le PER individuel pour cette raison : les versements sont déductibles du revenu imposable. Autrement dit, vous pouvez faire des économies d’impôts grâce à votre PER ! 

Notez que cette déduction fiscale est limitée aux plafonds déterminés par l’administration fiscale selon votre situation professionnelle. Elle dépend aussi de votre tranche marginale d’imposition (TMI). 

Prenons un exemple : 

  • Vous versez 2 000 euros sur votre PER.
  • Avec une TMI de 11 %, vous économisez 220 euros sur votre déclaration d’impôt sur le revenu. 
  • Avec une TMI de 30 %, vous défiscalisez 600 euros. 

Conclusion : à versement égal, plus votre TMI est élevée, plus l’avantage fiscal du PER est intéressant. Par ailleurs, ce gain d’impôt peut être réinvesti dans votre PER ou un autre placement et bénéficier d’une rentabilité supplémentaire. 

L’assurance-vie, quant à elle, n’apporte aucun avantage fiscal durant la période de constitution du capital… mais elle se rattrape au moment du déblocage des fonds. 

À la sortie du capital : avantage à l’assurance-vie 

Lors du déblocage de votre épargne, le capital investi et les intérêts du PER sont soumis au barème de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux

Avec l’assurance-vie, vous êtes exonéré de fiscalité sur le capital, seuls les gains sont soumis au prélèvement forfaitaire.

De plus, les contrats de plus de 8 ans bénéficient d’un abattement fiscal annuel de : 

  • 4 600 € pour une personne seule ;
  • 9 200 € pour un couple.

L’assurance-vie est donc particulièrement avantageuse en cas de rachat fractionné ou total après 8 ans de détention du contrat.

Toutefois, sous certaines conditions, le PER se révèle tout aussi attractif que l’assurance-vie au moment de la sortie. En effet, si votre TMI est plus importante au cours de la vie du contrat que lors de votre départ à la retraite, vous serez agnant.

Découvrez comment optimiser la fiscalité du PER et des exemples chiffrés dans notre Guide PER !

La succession : les modalités en cas de décès

Qu’advient-il maintenant de votre capital lorsque vous décédez ? Certes, ce n’est pas un sujet joyeux, mais il faut y penser ! Sachez que le bénéficiaire a droit à un abattement avant imposition aux droits de succession.

  • Pour l’assurance-vie, il dépend de l’âge du titulaire au moment des versements et de la date de souscription des contrats. Par exemple, pour ceux ouverts à compter d’octobre 1998, les abattements sont les suivants :  
Versements avant 70 ansVersements après 70 ans
152 500 €30 500 €
  • Pour le PER assurance, l’exonération d’une partie des sommes capitalisées varie en fonction de l’âge du titulaire au moment du décès.
Décès avant 70 ansDécès après 70 ans 
Abattement de 152 500 €Abattement de 30 500 €

Si les montants des abattements sont identiques, les modalités d’octroi sont différentes. En matière de succession, l’assurance-vie reste plus intéressante.

À noter

Le PER bancaire n’est pas inclus dans ce dispositif fiscal. L’épargne est intégrée à la succession.

PER ou Assurance-vie : deux contrats complémentaires pour votre projet de retraite

Alors, PER ou assurance-vie ? En réalité, ces deux contrats ne sont pas concurrents, mais plutôt complémentaires. Il peut donc être intéressant de cumuler les deux options !

Voici les informations principales à retenir :

  • Avec son aspect couteau suisse, l’assurance-vie sert à financer de nombreux projets, dont la retraite. Le plan épargne retraite, quant à lui, est uniquement destiné à l’obtention d’un futur complément de revenus à la retraite.
  • Avec le PER, vous pouvez bénéficier d’un avantage fiscal sur vos versements, mais les conditions de l’assurance-vie lors des retraits ou en cas de succession font pencher la balance vers ce produit d’épargne.
  • Vous devez donc prendre en compte votre situation fiscale d’une part et vos projets d’avenir d’autre part, sachant que le capital placé sur une assurance-vie sera disponible à tout moment, sans contrainte, tandis que l’argent bloqué sur un PER est réservé pour la retraite et difficilement accessible avant. 

Quand il est question d’investir, il vaut mieux diversifier et placer son argent sur des supports différents. En ouvrant à la fois un PER et une assurance-vie, vous répartissez vos fonds sur deux produits fiscalement attractifs. L’assurance-vie, plus souple, vous permet d’accéder à une épargne plus liquide alors que le PER vous contraint davantage, mais vous assure un complément de revenu pour votre retraite.

>> Découvrez aussi les meilleurs PER pour préparer sa retraite en 2023 !

Le tableau récapitulatif 

Assurance-vie PER assurance
Conditions d’ouvertureSans condition d’âge ou de situation professionnelle
VersementsOccasionnels ou programmés
Modes de gestionGestion pilotée ou libre
Frais de fonctionnementDépend de l’organisme choisi pour son épargne
Sortie des fondsRente ou capital 
RendementVariable, en fonction des supports d’investissement
Disponibilité des fonds Rachat partiel ou total à tout momentBloqués jusqu’à la retraite (déblocage anticipé possible sous certaines conditions)
Déductibilité fiscale des versements✅ 
Fiscalité à la sortieImposition des gains+ abattement fiscal après 8 ans de détentionImposition des gains et du capital si déduction des versements
Succession du contratDroit à abattement en fonction de l’âge du titulaire au moment des versementsDroit à abattement en fonction de l’âge du titulaire au moment du décès
Questions fréquemment posées
Est-ce que le PER est une assurance-vie ?

Non, bien qu’ils présentent des similarités, PER et assurance-vie sont deux contrats bien distincts.

Quelle différence entre un PER et une assurance-vie ?

Les fonds placés sur un PER sont théoriquement bloqués jusqu’à l’âge de départ en retraite, alors que l’épargne de l’assurance-vie est accessible à tout moment. Les versements du PER sont déductibles du revenu imposable, mais l’assurance-vie donne droit à des abattements fiscaux plus avantageux au moment de la sortie et de la succession. 

Quel est l’intérêt d’ouvrir un PER ?

Ce placement vous permet d’épargner tout au long de votre vie active afin de jouir d’un complément de revenus une fois arrivé à la pension. Le tout, en bénéficiant d’avantages fiscaux puisque les versements effectués sont déductibles de vos impôts sur le revenu !

Quel intérêt d’investir dans une assurance-vie ?

Souscrire une assurance-vie permet de se constituer un capital à moyen/long terme pour un projet futur, pour préparer sa retraite ou encore pour transmettre son patrimoine (grâce à une fiscalité avantageuse au moment de la succession).

Quels sont les inconvénients d’un PER ?

Les inconvénients principaux du PER sont l’inaccessibilité aux fonds jusqu’à la retraite (sauf situation exceptionnelle justifiant un déblocage précipité) ainsi qu’une fiscalité plus ou moins avantageuse au moment du retrait de l’épargne.

Quel est le montant maximum que l’on peut mettre sur une assurance-vie ?

Contrairement aux livrets d’épargne classiques, les contrats d’assurance-vie ne sont soumis à aucun plafond en termes de versements. En théorie, vous pouvez donc y verser autant d’argent que vous le souhaitez, et quand vous le voulez.

Quel âge pour un PER ?

Le PER est accessible à tous, sans condition d’âge. Les parents peuvent même ouvrir un PER individuel au nom de leur enfant s’ils le souhaitent.

author
Audrey Croiset

Lead Copywriter chez Syntax Finance, Audrey possède un diplôme d’études comptables et financières (DECF) et une expérience professionnelle de plus de 15 ans dans les secteurs bancaire et comptable.

Des articles pour aller plus loin
PEA ou assurance vie

Le PEA et l’assurance vie représentent deux produits d’épargne plébiscités par les Français. Chacun d’entre eux permet de répondre à.

13 juin 2024
fiscalité CTO

Le compte-titres ordinaire (CTO) est un produit d’épargne qui autorise des investissements sur une large gamme de valeurs mobilières (actions,.

12 juin 2024
succession PEA

Le PEA permet de bénéficier d’une exonération d’impôt sur les plus-values, sous certaines conditions. Si vous profitez de dispositions avantageuses.

11 juin 2024